gih1

 

Après l’heureuse surprise de la sortie d’un nouvel album de Girls in Hawaii, la satisfaction de s’apercevoir qu’en plus c’était un bon album, voici la joie de les voir s’arrêter à l’Epicerie Moderne, Salle à la programmation toujours  aussi judicieuse. Les habitués sont là, mais cette fois ils ne sont pas seuls puisque la date est Sold Out, ce qui est assez inhabituel. Je ne pensais pas que Girls in Hawaii puisse autant susciter l’enthousiasme, mais c’est tant mieux, ils le méritent amplement. Après s’être désespéré en chœur de nos rejetons respectifs, Julien, Fred et moi-même nous dirigeons vers la salle pour assister à la prestation de la première partie, un groupe Belge dénommé V.O.

 

vo

 

C’est un timide trio qui s’installe devant un public fourni, avec de gauche à droite Ludo (trompette, claviers, voix), Aurélie (clarinette, xylophone, percussions, voix) et Boris (guitare, chant principal, grosse caisse et charley, tout en même temps !). Passons rapidement sur leur look (c’est quoi le plus éliminatoire : la frange pour une fille ou la moustache pour un mec ?) et laissons-nous transporter par la finesse des arpèges du leader et la délicatesse des arrangements de ses comparses. Les deux premiers titres, magnifiques, resterons mes préférés du set. La suite est un brin intello, mais très inventive, et quasiment chaque titre a le petit truc qui capte l’attention, comme ce morceau scotchant que les syllabes scandées par le trio transforment quasiment en electro. Le sourire et l’humilité du groupe feront largement oublier leur légère fébrilité et achèveront de me faire passer un moment charmant et suffisamment bon musicalement pour que j’investisse dans leur album, On Rapids.

 

GIH41

 

Pause bière rapide (avec le sieur La Buze), mais pas suffisamment pour se trouver devant la scène, le public ayant massivement investi les lieux dès le départ de V.O. Les lumières s’éteignent alors qu’un brouillard monte doucement sur la scène au son enregistré du morceau « the Spring », lugubre introduction de l’album Everest. Au fond, une immense toile représente la montagne qu’on peut voir au dos de ce dernier album de Girls in Hawaii en date, et qui semble dominer les instruments attendant le groupe. Le voici qui arrive et attaque « Wars », un superbe titre vaporeux particulièrement bien choisi comme ouverture de concert. On est tout de suite plongé dans une ambiance particulière très étudiée, à laquelle participe la compacité du public, et qui sera une grande part de la réussite de la soirée. La première moitié du concert, globalement calme et composée de morceaux récents, sera le plus souvent accompagnée d’un ciel étoilé superbement figuré par d’innombrables lumières placées derrière la toile de fond. La deuxième moitié jusqu’au rappel, plus pêchue, aura droit à un éclairage plus soutenu, jusqu’à figurer un orage par le jeu de spots tournants et de flashs aléatoires (1).

 

 

gih2

 

Le centre de la scène est partagé entre les deux fondateurs du groupe, guitaristes assurant tour à tour le chant principal suivant les titres. Lionel Vancauwenberghe est un petit bonhomme qui irradie la bonne humeur, tandis qu’Antoine Wielemans a le visage plus grave, ce qui ne l’empêchera pas de lancer des plaisanteries à ses camarades ou au public. A la batterie nous retrouvons avec étonnement le leader de V.O ., Boris Gronemberger, très bon batteur ayant la lourde tâche de remplacer Denis Wielemans, dont le décès sera évoqué par son frangin avant le très beau morceau « Here I Belong ». Brice Vancauwenberghe, Daniel Offermann et François Gustin sont respectivement à la guitare, à la basse et au clavier, même s’ils peuvent parfois changer d’instrument et amener le groupe jusqu’à 4 guitares ou 3 claviers (dont j’ai beaucoup aimé les sonorités, très présentes sur les titres d’Everest).

 

gih4l

La première partie du concert se déroule donc sous un ciel étoilé et fait la part belle au dernier album. L’ambiance voulue par le groupe correspond bien mieux aux ballades ou aux titres sombres comme « the Fog », qu’à la pop guillerette de « Sun of the Sons ». On décroche aussi souvent qu’on est happé au détour d’un refrain ravageur ou d’un coup d’accélérateur inattendu, un espèce d’accordéon émotionnel qu’on a souvent ressenti à l’écoute des disques du groupe Belge. Certains titres ne gagnent rien à l’épreuve de la scène (comme le single « Misses »), d’autres prennent une ampleur enthousiasmante, à l’image d’un « Switzerland » particulièrement intense. C’est d’ailleurs à partir de ce morceau que le concert va monter d’un cran, et que porté par une setlist et une interprétation impeccable, je rentrerai complètement dans le show pour ne plus en sortir jusqu’au larsen final. Après plusieurs des meilleurs extraits d’Everest (2), le groupe fait une pause pour demander si une personne fête son anniversaire, s’en suit un dialogue plein d’humour avec la pauvre demoiselle dénoncée par ses potes, une promesse de vinyle en cadeau et une improvisation déconnante sur le thème d’ « Happy Birthday to You ». Une scène emblématique de l’ambiance cordiale que le groupe saura insuffler tout au long de la soirée.  L'enchainement est tout trouvé avec « Birthday Call », excellent extrait de Plan Your Escape au refrain entêtant,  avant un final sur une face B fofolle au tempo ultra rapide, « Grasshopper ».

 

GIH51

 

Girls In Hawaii est bien sur rappelé à grand cris et applaudissements, et nous offrira deux Encore rêvés, avec la crème de From Here to There et le meilleur titre de Plan Your Escape, « This Farm will end up in Fire ».Sentant la fin du concert arriver, je réclame bruyamment mon titre fétiche, « Flavor », ce à quoi Lionel répond amusé qu’ils ne le jouent plus jamais avant d’attaquer le joli « Organeum ». Je ravale ma déception avant de me rendre compte à l’intro suivante qu’il s’est bien moqué de moi (3). Cette version évidemment ultra vitaminée, rallongée, saturée, déjantée (etc etc etc) de « Flavor » sera forcément le point d’orgue et la conclusion de ce fameux concert, le dernier de l’année 2013 pour moi.

 

GIH71

 

Je n’avais pas prévu au départ de jouer  au groupie, mais les membres de Girls in Hawaii sont si ouverts et cools que j’ai presque naturellement discuté avec eux sous prétexte d’un autographe sur mon achat du soir, le Maxi Vinyle de « Misses ». Une attitude d’autant plus sympa que, des propres dires d’Antoine, le groupe est épuisé par une tournée débutée Mi-Aout, sans compter la promo de l’album qui l’a précédée. Ravis et surpris d’avoir eu autant de public, c’est avec plaisir que le groupe reviendra à Lyon pour sa tournée de Printemps. Pensant à mon frangin, je vante les mérites de Marseille même si leur passage au Moulin fut le seul foirage de leur tournée Plan Your Escape (à priori ce sera plutôt Nice, Montpellier et Toulouse). Ils seront de toutes manières l’un des groupes à ne pas manquer à de nombreux festivals d’été : Antoine m’a aussi dit qu’ils s’étaient beaucoup professionnalisés, ce que je crois sans peine vu la prestation de ce soir. Je ne serai peut-être pas de leur prochain passage, mais je guetterai la sortie d’un nouvel album qui ne se fera pas autant attendre qu’Everest : la machine a été si dure à relancer que Girls In Hawaii regarde l’avenir avec ambition. Merci et chapeaux bas messieurs.

 

(1)    Sur la setlist récupérée, les chansons sont séparées en 7 groupes, correspondant sans aucun doute à une ambiance lumineuse particulière.

 

 (2) L'album sera joué dans son intégralité, sauf le fameux titre "Head On" dont je parle dans mon article. Des remords? il est en tout cas dommage que le manager ait préféré placer ce truc sur le disque plutot que le bon inédit interprété ce soir, "Connections"...

 

(3)    Et ce d’autant plus qu’il m’avouera qu’ils l’ont joué à chacun de leur concert, et qu’il y a d’ailleurs débat entre eux sur le fait de la conserver ou non sur la setlist.

 

 

Setlist:  Wars – Not Dead – We are the Living – the Fog – Sun of the Sons – Time to Forgive the Winter – Changes will be Lost – Here I Belong – Casper – Connections – Misses – Switzerland – Rorschach – Mallory’s Heights – Birthday Call – Grasshopper // 9.00 AM – Found In the Ground – This Farm will end up in Fire // Organeum – Flavor

 

LIVE COMPLET A L'ANCIENNE BELGIQUE ICI

 

994979_10152029221588618_1845253588_n