1549109514-dizaine

 

La chanson que l'on écoute seul au casque le soir 

 

Voici un thème que j’ai légèrement modifié, puisque je n’écoute que très rarement la musique au casque le soir. J’y comprends surtout la mise en avant d’une chanson intimiste, plutôt apaisante, de celles que j’écoutais à la nuit tombée dans mon bureau, quand j’en avais encore un. S’il avait résisté à mes deux ainés, maintenus dans une même chambre, l’arrivée de Soline m’a définitivement chassé dans un salon justement beaucoup moins intime. Je réalise d’ailleurs que la perte de ce bureau n’est surement pas étrangère à la transition d’une écoute très riche en folk vers celle majoritairement rock, voire punk, de ces dernières années. Malgré tout, le problème que m’a posé la thématique de ce jour a plutôt été le choix à opérer parmi une multitude de disques, et encore ai-je d’emblée écarté les très nombreuses chansons solitaires, tant je ne conçois ces moments d’écoute nocturnes que sur le format d’un album complet, plongeant l’auditeur dans son ambiance crépusculaire au fur et à mesure que ses pistes défilent. 

Parmi ces albums, donc, le Felt de LILIUM a remporté la partie, la pochette, collant si bien avec le thème, ayant été un bon avantage dans cette sélection. La plupart de ses titres auraient pu illustrer cet article, j’ai choisi « Miracle », avec la basse ronde et si précise de Pascal Humbert (1) et la voix grave et classieuse d’Hugo Race, évoquant un peu celle de Leonard Cohen ou Howe Gelb, autres bons prétendants pour une écoute nocturne. Felt alterne les formats, les chants, mais reste toujours ce voyage clair-obscur que je vous propose d’effectuer, avec ou sans casque, lorsque le tumulte de la journée aura cessé et que les dernières obligations familiales auront laissé place à une liberté langoureuse. 

(1)   Ex bassiste de 16 Horsepower, ayant fondé Lilium avant de se faire connaitre du grand public en collaborant avec Bertrand Cantat au sein du duo Detroit.

 

 

LA LISTE DES PARTICIPANTS