girlsnames

GIRLS NAMES - Arms Around a Vision

 

En écoute: DEEZER

Proposé par Xavier.

Mon avis:

Arms around a Vision tourne en boucle à la maison depuis la découverte de Girls Names en concert au Sonic il y a deux mois. Certes, le coté shoegaze des couches de guitares saturées est moins présent sur disque (on en a quelques aperçus, sur « Dysmorphia » par exemple), et l’on est moins hypnotisé qu’en live où le groupe se permet d’étirer ses morceaux façon Krautrock, mais on y gagne un coté pop catchy, basse et guitare se battant en duel pour le sacre du meilleur riff à longueur d’album. Difficile de choisir parmi la dizaine d’excellents morceaux figurant sur ce 4eme disque des Irlandais revisitant les années post punk dans toute leur diversité, un peu à la manière des Damned.  Girls Names partage avec les inaltérables gothico-disco-punks un chant plein de morgue et une inventivité étonnante, prenant un malin plaisir à prendre l’auditeur par surprise lors d’un bon trip d’une basse décidément irrésistible. L’écoute du seul « Chrome Rose » résumant finalement l’album bien mieux que toute rédaction, on arrêtera ici notre piètre tentative, non sans avoir conseillé en bonus « Zero Triptych », superbe titre évolutif de 10 minutes sorti sur un EP à part.

 

 

Kurt-Vile-new-LP-640x640

Kurt VILE - B'live I'm going Down...

 

En écoute: DEEZER

Proposé par Damien.

Mon avis

Déjà le 6eme album de ce songwriter américain dont j’avais croisé le nom auparavant sans vraiment m’y intéresser. Il fallut d’ailleurs pour que je présente sur ce blog B’live I’m Going Down… toute l’insistance de Damien, et l’écoute dans sa voiture d’un « Pretty Pimpin » d’entame exceptionnel. Bien m’en a pris de lui faire confiance, l’album est magnifique, même si ce premier titre, folk rock groovy m’ayant évoqué Malcolm Middleton (soit l’un de mes songwritter fétiches), reste mon préféré. Kurt Vile traine sa voix nonchalante ou désabusée sur ce registre évoquant les 70’s (« Dust Bunnies », coloré d’un orgue bienvenu)  ou sur des chansons plus mélancoliques aux splendides arpèges (« All in a Daze Work »), produisant un album quasi parfait n’eut été une durée un poil trop longue. Quelques titres en moins (par exemple « Lost my Head There », un peu paresseux) sur le disque auraient instillé à l’auditeur ce soupçon de frustration qui donne envie de se le repasser en boucle.  Mais bon, ceci ne pénalise pas trop B’live I’m Going Down… qui rejoindra sous peu mes étagères et qui n’y prendra pas la poussière avant un bon moment….

 

 

THRILL404CD

 Dave HEUMANN - Here in the Deep

 

En écoute: BANDCAMP

Proposé par Julien.

Mon avis

Pas grand-chose à dire sur ce premier disque solo du leader d’Arbouretum - précisons que je ne connais pas ce groupe - dont le début m’a semblé  d’une grande fadeur. Certes, le mid-tempo classique ne fait pas souvent mouche avec moi, mais on trouve quand même pas mal d’artistes qui ont su me séduire dans ce style folk rock indé. D’ailleurs Dave Heumann propose en milieu de disque le très joli slow « Here in the Deep » suivi d’un folk plus rythmé aux accents médiévaux (« Greenwood Side »), titres évoquant respectivement Sophia et le the Letting Go de Bonnie Prince Billy, qui sont quand même de sacrées références. Dommage qu’il n’y ait pas grand-chose d’autre à sauver sur ce Here in the Deep qui, au-delà d’un manque de cohérence flagrant, sonne parfois assez daté…